Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2014

La cacophonie majoritaire est catastrophique pour le pays…

En lisant ce matin la presse française et étrangère, j’ai été quelque peu horrifié par certains titres ou remarques faites ça et là. Par exemple, sur un site belge, j’ai lu ceci à propos d’une dépêche AFP : " Anti-IVG, anti-mariage gay, antisémites : le réveil d'une France conservatrice voire réactionnaire". Bigre ! Un peu plus loin sur la page web de mon opérateur téléphonique (Orange), je découvre cette phrase tirée du journal Le Parisien, attribuée à Robert Badinter : " C'est la première fois depuis la fin de l'Occupation que l'on entend hurler dans les rues de Paris Dehors les Juifs!", ajoutant un peu plus loin qu’il fallait organiser "une grande manifestation de protestation". Et pour terminer sur ces citations de l’ancien ministre de la Justice de F. Mitterrand, il faut retenir cette phrase lourde de sens : "Il faut rappeler chaque fois que nécessaire que la République française ne peut pas tolérer ces cris, pas plus qu'elle ne saurait laisser passer des slogans : Dehors les musulmans! ou Dehors les Arabes!". Voilà qui est dit et bien dit ! Mais si le réveil des consciences est rassurant, il y a des commentaires de forumers (ah, ces forumers, quelle plaie !) qui font froid dans le dos. Parmi ceux-ci j’en ai relevé deux sur le site d’Orange, aussi stupides que méprisables : " Badinter n'a pas fait que du bien à notre société, voilà qu'il continue!" Et ce n'est pas tout, car en voici une autre du même acabit : "Robert Badinter porte sur les mains le sang des victimes des assassins récidivistes depuis 1981" Rien que ça!

Tout cela ne sent pas très bon pour la démocratie, et si j’écris cela c’est parce que dans notre pays il est facile de rassembler des dizaines, voire des centaines de milliers de gens, pour manifester contre des lois qui ont été votées par le Parlement…alors qu’il serait très difficile d’avoir le même nombre de manifestants s’il s’agissait de défendre la démocratie contre ces provocateurs de tous ordres. Pire encore, des personnalités importantes de la droite républicaine, par exemple Luc Chatel, n’hésitent pas à dire à propos de ces manifestations, plus particulièrement celle baptisée « Jour de colère » du 26 janvier : « Je ne la soutiens pas, mais je la comprends ». Pourquoi Luc Chatel dit cela ? Je ne sais pas exactement, mais sans doute se dit-il que son parti (l’UMP) ou lui-même en tireront peut-être profit, alors que je suis persuadé qu’au fond de lui-même il ne pense que du mal de ces rassemblements hétéroclites qui n’ont qu’un seul but, à savoir le départ du pouvoir de F. Hollande, élu, faut-il le rappeler, démocratiquement. Mais ce que je trouve encore plus triste, c’est de voir que l’UMP et l’UDI ne sont pas totalement unies pour condamner fermement ce type de manifestations inédites depuis une époque que l’on croyait révolue. Certains se servent même de l’école pour faire en sorte de mettre le gouvernement en difficulté…en l’accusant de tout et son contraire, y compris de choses qu’il n’a jamais dites.

Mais que pense N. Sarkozy de tout cela ? Pour ma part, je pense que ce n’est pas sa première préoccupation, celle-ci étant d’abord son retour en politique. Un retour qui en agace plus d’un dans son camp, certains trouvant qu’il en fait trop, surtout si l’on songe que les prochaines échéances électorales nationales, les seules qui donnent accès à l’exercice réel du pouvoir, sont prévues à la mi-2017. Cela fait donc trois ans et demi à attendre pour N. Sarkozy, s’il veut prendre sa revanche. Oui, trois ans et demi c’est long et même très long, et l’ancien président devrait s’économiser un peu s’il veut redevenir un candidat réellement crédible en 2017 contre F. Hollande…et ses « amis » de l’UMP et l’UDI, au rang desquels figure désormais F. Bayrou. Fermons la parenthèse, pour noter qu’on n’entend jamais (ou presque) l’ex-président parler d’économie, ce qui est tout de même paradoxal pour quelqu’un qui se veut un recours, et qui est prêt à faire don de sa personne au pays. Cela étant, on comprend aussi qu’avec son bilan il est encore un peu tôt pour évoquer le chômage, le déficit budgétaire, l’endettement public ou le déficit commercial. En plus, à part le chômage qui a continué à monter, sur le déficit budgétaire et le déficit commercial il y a un léger mieux…ce qui n’est jamais noté par les observateurs.

Néanmoins le principal problème du pouvoir actuel se situe dans sa majorité. Décidément les élus PS sont vraiment incorrigibles, et sur ce plan peuvent prendre de la graine sur les élus de la droite UMP et UDI. Quand il y a nécessité de resserrer les rangs, ces derniers finissent toujours par se rassembler, malgré leurs multiples désaccords ou bisbilles. Le dernier exemple nous l’avons encore aujourd’hui, avec les propos du ministre de l’Intérieur, confirmés pour une fois sans restriction par le Premier ministre, qui a annoncé que le gouvernement s’opposerait à des amendements parlementaires sur la gestation pour autrui ou la procréation médicalement assistée…que n’auraient pas manquer de proposer nombre d’élus socialistes, sans parler évidemment des irréductibles Verts, malgré leur faible poids électoral, si le projet était allé à son terme. Quand les députés et sénateurs socialistes comprendront que ce dont le gouvernement a besoin prioritairement c’est de l’appui total et loyal de sa base parlementaire ? Quand ces mêmes parlementaires comprendront-ils que ce dont le pays a le plus besoin en cette période de faible croissance, c’est de la confiance ? Et comment les gens pourraient-ils avoir confiance face à la cacophonie majoritaire ?

Décidément, s’ils prennent une grosse veste électorale lors des élections à venir, les socialistes l’auront bien cherché ! Cela dit, si F. Hollande devait être battu lors de l’élection présidentielle de 2017, combien de députés socialistes conserveraient leur siège ? Réponse, à peine un tiers d’entre eux et je suis généreux. Mais comment faire confiance à des gens ayant un comportement aussi irresponsable ? Et oui, à force d’avoir des permanents de la politique dans leurs rangs, à force de vouloir toujours faire plaisir à tout le monde, les socialistes au pouvoir vont finir par être battus aux élections nationales qui comptent…même s’ils finissent par présenter un bilan honorable. Il leur restera pour certains d’entre eux à se débrouiller, une fois battus ou dans l’opposition, à se bagarrer pour obtenir une place éligible aux élections européennes..de 2019. La politique est vraiment trop triste, comme disent les jeunes gens d’aujourd’hui !

Michel Escatafal

Les commentaires sont fermés.