Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2014

Difficile de sourire quand on parle de politique...

 

Je vais redire une nouvelle fois que  j’ai de moins en moins envie d’écrire sur la politique dans mon blog. Certains vont trouver que c’est une curieuse manière de promouvoir ce que l’on écrit, mais je m’en moque. Jusque-là je faisais cela par plaisir autant que par passion, mais l’un et l’autre ont disparu. D’ailleurs, si je continue à alimenter ce blog avec des articles de plus en plus éloignés dans le temps, c’est parce que je ne sais plus quoi trouver d’intéressant dans la vie politique de notre pays. En effet, que dire à ce propos, alors qu’on ne parle  depuis quelques deux ou trois jours que de Dieudonné ? Oui que dire sur la vie politique ? Que la France ne va pas bien ? Tout le monde le sait. Que notre pays a un gouvernement où certains ont tendance à tirer la couverture à soi, comme savait si bien le faire en son temps N. Sarkozy (N'est-ce pas Mr Valls?) ? Tout le monde le sait. Que l’on essaie par tous les moyens de faire diversion au niveau du pouvoir pour masquer la difficulté à redresser le pays moribond, après les ravages de cinq années de sarkozysme?  Cela aussi, tout le monde est au courant.

 

Alors que faire ? Telle est la question que se posent les Français, d’autant que nous vivons depuis l’ère internet une époque où tout dans la vie politique du pays est scruté, commenté au moindre coup de vent médiatique. Et cela n’a rien à voir avec ce qui faisait autrefois, et fait encore, la force d’un journal d’investigation comme le Canard Enchaîné, lequel s’appuyait sur des faits indiscutables, vérifiés et jamais sur des choses concernant la vie privée des hommes politiques. Aujourd’hui la moindre information ayant trait à la vie privée d’un dirigeant politique est analysée comme si cela concernait directement la vie du pays, avec en plus cette horrible invention que l’on appelle de nos jours les forums, où les gens se cachant derrière l’anonymat en profitent pour commenter nombre d’évènements auxquels ils ne comprennent rien, et dont ils ont une connaissance très parcellaire.

 

Résultat, tout ce qui peut aider notre pays à sortir de l’ornière dans laquelle il se débat est occulté par des informations qui n’en sont pas à mes yeux. Par exemple sur la vie personnelle du président de la République, alors que ce que l’on demande audit président est de tout mettre en œuvre pour confirmer ses engagements de simplifier la vie des entreprises, de réussir à mettre en œuvre son virage social-libéral, afin que notre pays retrouve sa compétitivité perdue. Et le malheur veut qu’aujourd’hui précisément, alors que la production industrielle de notre pays affiche un progrès de 1.3%, ce qui devrait donner un peu d’optimisme aux Français, et bien, on ne parle que de Dieudonné et du magazine Closer…ce qui est consternant. Ce l’est d’autant plus que les nouvelles en provenance des Etats-Unis ne sont pas vraiment bonnes, malgré une baisse du chômage en trompe l’œil en décembre, parce que cette baisse apparaît artificielle, et ce n’est pas nouveau, nombre d’Américains renonçant à chercher du travail. En contre partie de plus en plus de personnes, ayant pris leur retraite depuis plus ou moins longtemps, continuent de travailler faute de disposer des ressources suffisantes pour vivre ou plutôt survivre.

 

Voilà qui est beaucoup plus inquiétant que les informations données par nos médias depuis ce matin, d’autant que l’Amérique croule sous les dettes, en raison des milliards et des milliards de dollars injectés pour doper l’économie américaine. Et dire que certains médias anglosaxons se moquent de la France parce que soi-disant elle ne sait pas gérer sa dépense publique ! Certes celle-ci est loin d’être optimisée, mais une chose est certaine : mieux vaut être chômeur, malade ou retraité en France qu’en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Cela étant, dans notre pays on glorifie presque des gens qui refusent de payer leurs cotisations de Sécurité sociale, oubliant que si notre pays a encore (pour combien de temps ?) un système de santé à peu près correct, où tout le monde a accès aux soins les plus élémentaires, c’est précisément parce que cotiser à la Sécurité sociale est obligatoire. C’est un peu comme ceux qui magnifient « l’optimisation fiscale », alors qu’ils sont les premiers à regretter que l’on n’accorde pas plus d’aides aux entreprises ou que nos infrastructures commencent à être obsolètes. Mais si personne ne paye ses impôts, comment fera-t-on pour moderniser le pays ?

 

Et pendant ce temps les partis politiques préparent frénétiquement les prochaines élections municipales, avec des candidats ou candidates qui s’invectivent à qui mieux, comme si leur vie et celle de leurs concitoyens dépendait de cette élection. Or pour ces derniers, par exemple à Paris, ce n’est pas l’élection de NKM ou d’Anne Hidalgo qui va radicalement changer leur vie, hélas pour les Parisiens. Pour ma part, même si à tout prendre je préfèrerais la victoire de la candidate du PS, je sais très bien que la victoire de l’une ou de l’autre n’entraînera que des différences à la marge pour les habitants de la capitale…parce qu’il est impossible qu’il en soit autrement. Cela dit, une chose est certaine : si la candidate UMP, malgré tous ses efforts y compris les plus farfelus pour remporter la victoire, échoue dans sa démarche, je ne donne pas cher de l’unité de l’UMP, ce parti ressemblant de plus en plus à un bateau ivre, à Paris et ailleurs. Et je ne parle même pas de la guerre des chefs, laquelle est loin d’avoir atteint son paroxysme l’an passé lors de l’élection de son président, avec en embuscade un N. Sarkozy qui, contrairement à ce qu’il avait affirmé avant l’élection présidentielle, ne pense qu’à son retour. Il est vrai qu’il a passé la plus grande partie de sa vie à faire de la politique, et que, comme tous les autres politiciens, le virus ne le lâchera pas.

 

En parlant de bisbilles à l’UMP et de l’élection à Paris, je voudrais terminer par une information que j’ai découverte ces derniers jours, de la plus grande importance, une de ces informations qui montrent à quel point les joutes politiciennes peuvent être prises au sérieux. Je vous la donne en mille : un certain  Jean-François Martins, élu MoDem de Paris, va être exclu de son parti pour un an, parce qu’il avait annoncé en novembre son soutien à Anne Hidalgo. Quel crime effectivement, alors qu’il y a six ans nombre de candidats MoDem avaient été élus sur des listes socialistes. Seulement voilà, depuis l’an passé le MoDem est moribond, et du coup ses dirigeants ont rejoint l’UDI et font alliance avec l’UMP. C’est cela « faire de la politique autrement » ! Problème, compte tenu du nombre d’adhérents au Modem en 2013, cette exclusion va faire un nouveau trou dans les rangs de ce parti aujourd’hui quasiment avalé par l’UDI. Le plus risible, si j’ose dire, c’est que ce J.F. Martins devra manifester sa volonté d’être réintégré au MoDem, s’il veut avoir la possibilité d’y revenir. Pas sûr que cela l’empêche de dormir ! Et oui, finalement on peut arriver à sourire en parlant de politique, comme j’ai souri en voyant NKM fumer une cigarette en compagnie de SDF. Pathétique ! Bonne année à vous chers lecteurs !

 

Michel Escatafal

 

Les commentaires sont fermés.