Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2013

Quand F. Hollande va-t-il s'imposer à ses faux alliés?

« On ne peut pas la payer, on n’a pas prévu de la payer. Elle est rétroactive en plus, comment voulez-vous prévoir quelque chose qui n'existe pas ? » Voilà ce que disent les dirigeants du football français à propos de la taxe à 75%. Comme si ce sujet était le plus important du jour ! Et là clairement la responsabilité du gouvernement est engagée, car cet impôt est aussi inutile qu’imbécile. En fait il n’a qu’un mérite : les Français y sont très favorable dans leur immense majorité…parce qu’ils détestent l’argent qu’ils n’ont pas. En revanche c’est un non-sens économique, car on va demander à des entreprises (les clubs de football en sont une)  de payer un impôt qui n’a pas été prévu et que l’on ne pouvait pas anticiper…puisque ce n’était pas prévu. Ubuesque !

En fait c’est cela la présidence Hollande, malheureusement ! Une présidence perpétuellement tiraillée entre son aile gauche qui rêve toujours du « grand soir », ses Verts qui ne pensent qu’à conserver leurs mandats, en critiquant celui qui les a placé à un niveau incomparablement plus élevé que leur poids dans les urnes, sans parler de Mélenchon qui n’existe que grâce au Parti socialiste, oubliant que si l’an prochain la gauche enregistre deux terribles défaites électorales, il pourrait bien n’être même pas député européen. Ce serait bien fait pour lui ! D’ailleurs comment des Français peuvent-ils encore voter pour quelqu’un qui a passé sa vie dans le confort du Parti socialiste, et qui n’a de cesse de cracher sa vindicte à l’encontre d’un ancien camarade…qui a mieux réussi que lui.

Cela dit, F. Hollande a-t-il bien réussi même en étant devenu président de la République ? Sans doute, dans la mesure où dans trente ou cinquante ans, il sera peut-être réhabilité par l’histoire pour avoir commencé à redresser un pays partant à vau-l’eau. Oh certes, il a fait beaucoup d’erreurs depuis le début de son quinquennat, et il ne cesse d’en faire, pour n’avoir pas su s’imposer d’entrée à ceux qui auraient dû le soutenir, en ne résistant pas à certains lobbyings, pour n’avoir pas dénoncé l’accord avec les Verts pour des motifs bassement électoralistes (mais qu’attend-il pour les bouter hors du gouvernement !), pour avoir géré certaines situations comme il le faisait en tant que Premier secrétaire du Parti socialiste, sans parler de certaines décisions qui suscitent la polémique et qui vont finir par l’affaiblir un peu plus encore…si c’est possible. Bref, pour n’avoir pas fait de sa fonction ce qu’il aurait dû faire, même s’il a hérité du quinquennat, lequel a considérablement réduit le rôle d’arbitre  du président de la République, comme je ne cesse de le répéter.

Pour autant, ayons quand même la décence d’attendre quelque temps avant de faire un bilan sérieux de la présidence Hollande. Depuis combien de temps dirige-t-il le pays ? Très exactement depuis 16 mois…ce qui est très peu quand on sait dans l’état où était la France en mai et juin 2012. Et cela tout le monde semble l’avoir oublié notamment dans la presse française, ce qui évidemment rejaillit sur l’opinion publique…et in fine sur la confiance. Comment la confiance peut-elle revenir dans le pays quand on brocarde à ce point le président, même si lui et plus encore son entourage y mettent beaucoup du leur ? Comment aussi une personnalité comme F. Hollande, dont on oublie de dire qu’il fut dans sa jeunesse un premier de la classe, peut-il être à ce point maltraité par ceux qui devraient lui apporter un soutien sans faille?.

Il n’y a guère dans l’histoire de la République d’exemples aussi caractéristiques de dénigrement d’un président de la République ou d’un président du Conseil, attaqué sur tout, y compris quand on ne peut que saluer son action. En témoigne ce qui se passe à propos de la libération des otages du Sahel, presque totalement occultée par une supposée rançon versée par la France. Et le pire pour F. Hollande, est que cette nouvelle campagne de presse est accompagnée par des journaux dont on pourrait supposer qu’ils soient un peu plus bienveillants vis-à-vis de lui. Non, aujourd’hui le sport national c’est taper sur le président de la République, accusé de tous les maux du pays…alors que celui-ci commence à mieux se porter, comme le confirment les prévisions économiques des grands instituts nationaux et internationaux. Un petit rappel quand même sur l’état de la France fin 2011, soit après dix ans d’exercice continu du pouvoir par la droite UMP et assimilée. En disant cela je pense notamment à la fameuse UDI qui est en train de gober le MoDem ou ce qu’il en reste.

Fin 2011, n’oublions pas que la France avait un besoin de financement pour  boucler ses dépenses de 105.8 milliards. Pour mémoire je rappelle qu’aujourd’hui il faut même emprunter pour rembourser les intérêts des emprunts du passé, ce qui signifie qu’il faut à tout prix réduire les déficits sous peine de voir la dette s’envoler vers des niveaux impossibles à rembourser. Cela explique aussi pourquoi, afin de ménager nos prêteurs et de ne pas voir nos taux d’intérêts s’envoler, il ait fallu augmenter l’impôt sous toutes ses formes…augmentation qui a largement commencé sous l’ère Sarkozy, après que ce dernier ait ajouté beaucoup de déficits aux déficits. Je pourrais aussi parler de notre commerce extérieur, déficitaire comme jamais, alors qu’en 2001 il était quasiment équilibré (-1.5 milliards d’euros) avec des pertes de parts de marché considérables, preuve que l’UMP-UDI n’a pas fait le nécessaire en termes de compétitivité, recherche et innovation, ce qui a eu pour conséquence la forte augmentation du chômage dès que la crise fut venue. Certes il y a l’alourdissement de la facture énergétique, mais cela n’explique que partiellement (40%) la détérioration du déficit sur ces dix dernières années. Mais quand même, passer de 1.5 milliard d’euros de déficit commercial à 74 milliards en dix ans, quel aveu d’échec (67 milliards en 2012).

On notera à ce propos qu’au premier semestre ce déficit commercial est en nette réduction par rapport à 2012 (30 milliards contre 35.8 l’an passé), avec un déficit hors énergie qui s’est réduit de 40% dans la même période de 2012 et 2013…ce qui ne signifie pas forcément que les affaires vont mieux. Néanmoins, qui évoque ces chiffres ? Ah c’est vrai, c’est tellement plus facile de parler, de critiquer tout et le reste ! Heureusement pour la France, l’UMP ou plutôt les différentes UMP ne sont d’accord sur pas grand-chose, sans parler des querelles de personnes, ce qui signifie que face à F. Hollande et à son gouvernement il n’y a qu’une seule force politique organisée dans le pays : le Front National. Inquiétant certes, mais quelque part aussi, rassurant…à condition que F. Hollande s’impose comme il est souhaitable qu’il le fasse, quitte à mécontenter ses opposants, y compris ceux qui théoriquement sont dans la majorité présidentielle.

Michel Escatafal

Les commentaires sont fermés.