Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2013

Faire de la politique autrement…

Le 17 septembre est un jour anniversaire qui mérite d’être souligné puisqu’il rappelle la naissance de Nicolas Condorcet en 1743. Ce mathématicien célèbre a eu le mérite d’être considéré comme un grand homme à la fois par les tenants de la royauté (ministre en 1774) et par ceux de la Révolution (député de Paris), même s’il mourra en détention (1793) pour avoir osé critiquer les Girondins. En parlant de député, cela me fait une transition toute trouvée pour noter que nombre de députés en 2013 accumulent les mandats, ce qui n’est pas bon pour la démocratie. En effet, si l’on en croit l’Express, huit parlementaires (députés ou sénateurs) sur dix détiennent au moins un autre mandat…ce qui est théoriquement inconcevable, et qui, hélas, explique à quel point il est difficile de lutter contre ce phénomène très français. Et comme de juste, c’est un sénateur-maire socialiste, Michel Delebarre (maire de Dunkerque), qui, à 67 ans, est le meilleur des meilleurs dans cette course au cumul avec 26 mandats et fonctions !

Franchement, je ne sais pas où cet homme, véritablement exceptionnel, trouve les ressources pour assumer toutes ces fonctions en même temps. Je suis d’autant plus admiratif que, pour ma part, je trouvais qu’avec mon seul métier j’avais déjà pas mal de travail. Comment aurais-je fait si j’en avais eu dix, quinze, vingt-six fois plus ? Décidément les élus sont de gros travailleurs, puisque dans ma région d’origine (l’Aquitaine) nombre d’élus ont cinq ou six mandats, dont la député-maire socialiste de Pau, Madame Lignières-Cassou, ou encore Henri Emmanuelli qui, à 68 ans, trouve l’énergie nécessaire pour en exercer sept. Qui a dit que les socialistes étaient les champions du temps libre?

En tout cas, avec de telles informations, comment les Français qui travaillent dur (du moins pour ceux qui ont un travail !) pour assurer leurs fins de mois, de plus en plus difficiles, pourraient-ils n’avoir aucun mépris pour ces élus (de tous bords) tellement avides de mandats rémunérateurs, même s’il n’est pas possible de tout cumuler. Et ce n’est pas le texte édulcoré (autant par la droite que par les socialistes) du projet de loi sur la moralisation de la vie publique, en réponse à l’affaire Cahuzac, qui va contribuer à changer l’opinion que se font une majorité de Français sur leur personnel politique. A ce propos, en voulant faire du Sarkozy, c’est-à-dire en réagissant trop vite à cette affaire Cahuzac, F. Hollande a manifestement raté une occasion de se forger une image de président qui réfléchit avant d'agir.

En attendant, l’endettement de notre pays va atteindre les 95% de notre richesse nationale fin 2014, conséquence de l’extraordinaire explosion de l’endettement public pendant les années Sarkozy, ce que le Figaro ne souligne pas sur son site web. Or, comme chacun sait, l’endettement génère de l’endettement tant qu’on ne peut pas le faire diminuer significativement. Et encore notre pays a la chance d’être très bien considéré des prêteurs, comme en témoigne le taux de nos emprunts à dix ans (un peu plus de 2.50%), avec un différentiel qui ne s’accroît pas avec l’Allemagne (1.92%). Espérons que la reprise, tant attendue, se confirme afin que les recettes s’améliorent, ce qui de facto fera baisser les déficits et l’endettement, et ce d’autant plus que les prélèvements resteront à un niveau important. N’oublions pas, ce dont ne se vantent pas les dirigeants de presque feu l’UMP, que la dette ne dépasserait qu’à peine les 70% sans les baisses d’impôts décidées depuis 2002, avec une accentuation entre 2007 et 2009 ! Certains vont dire que je me répète, mais c’est cela que les médias devraient souligner plutôt que relever tout un tas d’informations qui ne servent qu'à faire le buzz.

Parmi celles-ci il y a en une que j’ai notée, à savoir que Noël Mamère menace ses amis écologistes de quitter leur parti EELV si Cécile Duflot et P. Canfin restaient au gouvernement (retenez-moi, sinon je fais un malheur!). C’est le type même de déclaration totalement sans intérêt, parce que N. Mamère sait bien que sans l’appui des socialistes, il n’aurait jamais fait la carrière qu’il a faite. On observera au passage qu’il est député-maire de Bègles, donc lui aussi cumule ! Autres informations sans intérêt : les bisbilles à l’UMP qui n’en finissent pas, ce qui ne surprendra que ceux qui ne s’intéressent pas à la politique. Chacun sait bien que N. Sarkozy a mis l’UMP à genoux, et que son parti est en lambeaux. A partir de là, il est normal que ce soit le bazar dans cette formation politique, où l’on trouve d’authentiques républicains, et des gens qui, pour gagner des élections, sont prêts à faire alliance avec le Front National.

D’autres, toujours pour remporter une ou des élections, sont prêts à changer de position au gré des sondages ou des prises de position de leurs adversaires. Tel est le cas de F. Fillon, qui aura réussi en moins d’un an et demi à se mettre à dos tout le monde ou presque dans son parti, alors qu’il y a un an on pensait que c’était le meilleur candidat pour la droite en vue de 2017. Preuve que les habits qu’a portés F. Fillon pendant des années, comme ministre et Premier ministre, étaient trop grands pour lui. Et que dire du rapprochement Bayrou-Borloo ! Là, je préfère m’arrêter. N’oublions pas qu’un des slogans de F. Bayrou pendant sa campagne présidentielle de 2007, était de « gouverner autrement », ce qui voulait dire aussi « faire de la politique autrement ». Ah j’oubliais, c’était en 2007. Aujourd’hui, ce qui reste du MoDem va se faire absorber par l’UDI, une fraction dissidente, mais toujours amie, de l’UMP. Pauvre France ! Avec de pareils opposants, F. Hollande peut dormir tranquille pour 2017, surtout si la croissance est de retour.

Michel Escatafal

Les commentaires sont fermés.