Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2012

F. Hollande, où l’art de se renier…pour le bien du pays

Heureusement pour  le gouvernement qu’il n’y a pas, en plus des multiples critiques qu’il reçoit de partout, une opposition crédible et organisée. Crédible parce qu’après 10 ans d’exercice du pouvoir où fut enregistré un recul considérable de notre pays, l’UMP devrait s’octroyer un peu de repos pour respirer et se réorganiser…ce qu’elle est totalement incapable de faire. D’ailleurs, qui se préoccupe de ce que peuvent dire les députés UMP ou R-UMP ? Absolument personne, à part les journalistes des chaînes « tout info » et les multiples forumers qui sévissent sur les sites web des journaux. Cela ne fait pas grand monde finalement, même si on leur accorde une importance qu’ils n’ont pas. Qui en effet, passe sa journée à écouter les chaînes « tout info » ? Les retraités ? Des chômeurs ? Ni les uns, ni les autres, parce que les retraités ont encore l’habitude de lire leur journal régional, et parce que les chômeurs, pour le plus grand nombre d'entre eux, cherchent en premier du travail. En outre, tout le monde n’a pas internet ou ne passe pas son temps à lire les journaux sur le web.

Tout cela est évidemment une grande chance pour le gouvernement de J.M. Ayrault, qui doit déjà faire face à la fronde des dirigeants de partis politiques qui ont soutenu François Hollande à l’élection présidentielle. Bien sûr, on pourrait dire de J.L. Mélenchon, combien de divisions ? Bien sûr, chacun sait bien que le Parti Communiste est en train de souffrir mille morts en pensant déjà aux élections municipales de 2014 qui, si le Parti socialiste en avait les velléités,  pourraient l’envoyer définitivement dans l’histoire. Curieux quand même que le Parti Communiste se soit à ce point mis dans les mains d'un homme comme J.L. Mélenchon, lequel est pourtant un perdant perpétuel, comme en témoigne la terrible défaite qu’il a subie aux dernières élections législatives ! Passons, en notant au passage que si le Parti Communiste en est là, c’est bien parce qu’il est à peine en état de survie.

Cela dit, cette opposition de la gauche presque extrême n’a tout de même pas la crédibilité d’une opposition de droite qui le serait vraiment, et qui ne le sera pas au moins jusqu’à ses prochaines élections pour désigner le patron du parti. Il est clair que J.F. Copé a perdu son pari de mettre la main sur l’UMP, que F. Fillon s’est fracassé sur ses limites, et que N. Sarkozy reste quoi qu’il fasse le perdant de l’élection présidentielle et le fossoyeur de son parti. Donc, tout bénéfice pour F. Hollande et son gouvernement, malgré les difficultés et couacs de toutes sortes…qui ne seront en aucun cas un frein pour réformer le pays en profondeur.

Oui, F. Hollande a de la chance, mais chez lui c’est une constante, dans la mesure où il a toujours été là quand il faut et où il faut. Il a même conquis une stature au moment le plus difficile du Parti socialiste depuis sa création en 1971 (congrès d’Epinay), quand Lionel Jospin fut éliminé au premier tour de l’élection présidentielle de 2002, alors qu’il en était le favori. Ensuite, il a réussi à passer entre les gouttes lors du congrès de Reims en 2008, au plus fort de la lutte fratricide entre socialistes, et enfin, il fut le principal bénéficiaire de l’épisode du Sofitel de New-York, entraînant la mise hors-jeu politique de D. Strauss-Kahn.   Un homme bénéficiant d’autant de circonstances favorables dans sa carrière ne peut que devenir un dirigeant capable de réformer (enfin) le pays !

Et d’ailleurs, pour être tout à fait objectif, force est de constater qu’il s’y entend comme personne pour se renier totalement sans en avoir l’air. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai souhaité son élection en mai dernier. J’étais certain qu’une fois élu, F. Hollande ferait tout le contraire de ce qu’il avait dit qu’il ferait, et qu’il le ferait en faisant croire qu’il ne le fait pas. Cet homme-là, ne l’oublions-pas, est prodigieusement intelligent, contrairement à l’idée que s’en font nombre de personnes. Qui connaissait l’extraordinaire quantité de diplômes qu’il avait décrochés pendant ses longues études supérieures ? Quasiment personne, au point que sur les forums (ah les forums !) on pouvait lire des âneries du style : « Hollande ne connaît rien en économie », alors qu’il a enseigné l’économie à Science Po pendant onze ans, les trois dernières années en duo avec Pierre Moscovici.

Fermons la parenthèse, et essayons de voir ce qui a été fait depuis six mois qu’il a le pouvoir (depuis juin et les élections législatives). D’abord, et c’est sans doute la meilleure nouvelle pour notre pays même si personne n’en parle, jamais nous n’avons emprunté à des taux aussi bas. Quel camouflet pour les Juppé et autres Fillon qui agitaient le spectre de la hausse des taux pour empêcher l’élection de F. Hollande! Oui, aussi curieux que cela puisse paraître, la France est considérée comme un emprunteur plus crédible que jamais aux yeux des prêteurs et ce, quelle que soit sa notation. Il faut dire que la volonté, sans cesse réitérée, du gouvernement d’afficher 3% de déficit à la fin 2013 a de quoi conforter les marchés, même si l’on sait que cet objectif ne sera sans doute pas atteint. Cela étant, c’est surtout la volonté maintes fois affirmée de redresser les finances publiques, avec les mesures fiscales qui vont avec, qui donnent confiance aux prêteurs, ce qui contraste avec les gesticulations du précédent pouvoir UMP.

Autre succès pour F. Hollande, sur l’Europe. Là aussi chacun dit la sienne, mais quand on regarde la réalité des affaires européennes, on s’aperçoit que F. Hollande a su brillamment redonner à la France une sorte de leadership, perdu avec N. Sarkozy, lequel s’était mis totalement dans les pas de l’Allemagne. C’est d’ailleurs ce qui explique les vociférations des dirigeants des UMP (il y en a deux, et même trois avec l’UDI !), qui ne supportent pas de voir F. Hollande avoir réussi à imposer à la chancelière Angela Merkel, qu’elle prenne davantage en compte l’opinion et les besoins des pays du Sud, notamment l’Espagne et l’Italie. Et puis, quoi qu’on en pense, il y a le pacte de croissance qui certes ne va pas transformer la récession en croissance d’un coup de baguette magique, mais qui à terme donnera ses pleins effets.

Enfin, il y a les évolutions liées à la compétitivité de notre économie. Outre le patronat français, nombre d’observateurs sérieux ont vu dans ce « pacte de compétitivité » un tournant très important dans notre pays. Et ce n’est pas fini, dans la mesure où on va réformer aussi, en douceur c’est-à-dire à la « hollande », le marché du travail. Tout cela pour redonner à la France les chances qu’elle avait perdues depuis dix ans, et plus particulièrement ces cinq dernières années. Dans ces conditions, on comprend parfaitement la position finale du gouvernement sur Florange, dans la mesure où il était inimaginable de nationaliser partiellement Mittal, d’une part parce que cela aurait coûté un milliard d’euros, ensuite parce que ce milliard d’euros sera beaucoup plus utile pour investir sur des produits nouveaux, et enfin parce que c’était ouvrir la boîte de Pandore, les employés des autres entreprises ou secteurs en difficulté demandant à leur tour la nationalisation.

A ce propos, j’aimerais bien savoir quel est le rôle véritable du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg ? En fait, je crois qu’il est tout simplement l’alibi de gauche de F. Hollande…ce qui convient aux deux hommes, l’un achetant une sorte de paix sociale avec son bouillant ministre, et l’autre préservant son avenir personnel. C’est bien joué de la part des deux hommes, même si cela fait quelque peu désordre…sans conséquences majeures puisqu’il n’y a pas de véritable opposition pour le moment. Comme tout cela paraît marqué de l’empreinte du cynisme, mais c’est ça la politique ! Et à ceux qui trouveront que moi aussi je suis cynique, je répondrais que ce qui m’importe c’est l’avenir de notre pays, et celui-ci passe par des réformes urgentes à mettre en place, n’en déplaise à ceux qui refusent de voir que nous sommes au vingt-et-unième siècle et non au début du vingtième.

Michel Escatafal

 

Les commentaires sont fermés.