Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2012

Le Centre finit toujours par pencher à droite

Aujourd’hui mercredi 26 septembre, on vient d’apprendre officiellement que le nombre de chômeurs dans notre pays a dépassé le seuil des trois millions. Si j’emploie le mot officiellement, c’est parce que l’information a été confirmée par Michel Sapin, le ministre du Travail. Cela étant, qui en doutait ? L’essentiel maintenant est de faire en sorte que la courbe s’inverse…ce qui n’est pas du tout sûr, avec les perspectives de croissance qui sont annoncées. Cela signifie qu’on peut s’attendre à des chiffres mauvais pendant encore un certain temps. On ne retourne pas aussi facilement une courbe négative du chômage, surtout quand on n’a pas dépensé suffisamment en recherche et développement. C’est d’ailleurs le reproche que j’ai toujours fait en priorité au précédent pouvoir, lequel a préféré diminuer les impôts des plus riches, plutôt que privilégier les aides aux entreprises, moyennes et petites. On voit le résultat de cette politique, et j’enrage quand j’entends les Fillon et autres Copé critiquer le gouvernement sur le plan économique.

Autre reproche que je fais à la droite, c’est celui de continuer à vouloir opposer les Français les uns aux autres. J’ai lu ce matin qu’un député UMP voulait réduire les avantages tarifaires accordés aux salariés EDF-GDF, ce qui a déclenché aussitôt des réactions de gens considérant les agents EDF comme des « privilégiés ». Cela dit, je suis persuadé que le même député trouvait normal que l’on ait mis en place le bouclier fiscal à 50%. En tout cas il faisait partie d’une majorité parlementaire qui a voté ce fameux bouclier, sans doute l’injustice la plus criante sur le plan fiscal que l’on ait connue. Au fait, pourquoi ce député ne demande-t-il pas avec la même ardeur, la suppression de certains avantages octroyés aux parlementaires, et chacun sait qu’ils sont nombreux !

Et puisque je parle des parlementaires, il y a une autre information qui fait les grands titres, à savoir le fait que le président de l’Assemblée Nationale ait embauché sa femme au sein de son cabinet. Certes rien n’est interdit dans ce domaine, mais quelque part cela m’embête un peu de voir la droite ironiser à ce propos, même si c’est une pratique très courante chez les parlementaires. Une question : pourquoi ne fait-on pas chez nous comme au Parlement européen, où il est interdit de salarier un membre de sa famille ? Cela donnerait un peu moins de grain à moudre à ceux qui font dans l’antiparlementarisme primaire ! Et les mêmes en aurait encore moins si les parlementaires acceptaient, une fois pour toutes, que leurs remboursements soient soumis à justificatifs…comme dans n’importe quelle entreprise privée ou publique.

Un dernier mot enfin pour évoquer « la main tendue de François Bayrou à Jean-Louis Borloo », une main qui a été tendue sans qu’on ait demandé l’avis aux adhérents. Disons que cette approche sonne définitivement le glas du MoDem. Comment un adhérent du MoDem, version 2007, pourrait-il envisager que son parti travaille avec quelqu’un qui a tout fait pour devenir le Premier ministre de N. Sarkozy ? Impensable, je répète, impensable ! Quand les hommes politiques auront-ils  compris qu’on ne joue pas avec les adhérents et militants ? Comment F. Bayrou peut-il penser une seconde, qu’il pourrait de nouveau arrimer à la droite un parti qui avait pour spécificité son non alignement ni à droite, ni à gauche ? Décidément F. Mitterrand avait bien raison quand il disait que « le Centre n’est ni de gauche, ni de gauche » !

Michel Escatafal

 

Les commentaires sont fermés.