Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2012

La justice sociale s’adresse à tout le monde y compris aux politiciens !

 « Hollande devient impopulaire en tant que président pour la première fois depuis son élection. Avec 46% de bonnes opinions contre 53% de mauvaises. En tout, durant toute la période estivale (depuis fin juin - début juillet) il a chuté de 15 points ». Voilà ce qu’on peut lire sur la page info d’Orange, mais aussi un peu partout dans les journaux, ou ce qu’on entend constamment à la radio ou à la télévision. Encore une fois, je le répète, quand les commentateurs comprendront-ils que F. Hollande n’a le pouvoir que depuis la fin du mois de juin ? A croire que toutes les mauvaises nouvelles entendues sans discontinuer depuis le début de l’été sont de son fait ! Quand on parle des statistiques du chômage, on évoque le mois de juillet, donc en quoi F. Hollande est-il responsable de ces chiffres ? Quand on analyse le déficit des comptes sociaux, ce sont ceux de 2011 et 2012, donc quelle est la responsabilité de F. Hollande ? Et je pourrais continuer encore longtemps en énumérant tous les chiffres qui sont commentés…comme si F. Hollande était au pouvoir depuis cinq ans.

Plus triste encore, on essaie par tous les moyens de nous vendre un F. Fillon volontaire pour opérer le redressement du pays, alors qu’il a été « le collaborateur » pendant cinq longues années de N. Sarkozy, avec les pitoyables résultats que l’on connaît. Et puisque je parle de l’ancien président, la presse s’ingénie à nous faire croire que les Français commencent déjà à le regretter, ce qui n’est absolument pas le cas. Voilà où nous en sommes dans notre beau pays, en cette fin d’été. Et je ne parle pas de tous les sujets qu’on essaie de monter en épingle, comme pour démontrer que le gouvernement se renie ou ne travaille pas. D’ailleurs s’il travaille, on ne regarde même pas ce qu’il fait…dans la mesure où cela ne fera pas « le bourdonnement », ou plutôt le « buzz » comme on dit en France, sans doute le pays de la planète le plus angloaméricanisé au niveau de sa langue.

 Parmi les sujets sur lequel le gouvernement est attendu, il y en a un tout particulièrement qui n’a aucun caractère d’urgence, mais qui fait partie des soixante propositions de F. Hollande, le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales. Personnellement, je ne vois aucune objection à l’adoption de ce dispositif, mais je pense que les soixante-dix députés socialistes qui souhaitent sa mise en œuvre le plus rapidement possible, tout comme Manuel Valls le ministre de l’intérieur qui lui, au contraire, freine des quatre fers, pourraient éviter de polémiquer sur un sujet…qui n’est pas prêt d’être mis en œuvre, pour la simple raison que le Parti Socialiste n’est pas en situation d’imposer quoi que ce soit faute d’avoir une majorité suffisante au Congrés. Reste évidemment la possibilité d’avoir recours au référendum, ce qui a priori est exclu, F. Hollande sachant pertinemment qu’un tel changement susciterait des passions démesurées, sans parler du vote pour ou contre sa personne, comme je le soulignais dans un précédent article à propos du Mécanisme Européen de Stabilité.

Autre sujet qui a beaucoup fait polémique ces derniers jours : cette manifestation place de la Concorde relative au film américain qui a mis le feu dans le monde musulman. Comment peut-on reprocher au gouvernement de n’avoir pas empêché cette manifestation, qui a rassemblé moins de deux cents personnes…alors que la manifestation était interdite, ou plutôt pour laquelle aucune autorisation n’avait été demandée ? Comment des médias peuvent-ils donner autant d’importance à des faits qui ne devraient susciter que quelques lignes dans les journaux ?  Cela démontre le désarroi des commentateurs face à un président qui, contrairement à son prédécesseur, joue la sobriété…au point qu'on lui reproche de ne rien faire. Décidément la presse française a beaucoup de mal à se passer de N. Sarkozy, lequel avec ses pompes et ses œuvres faisait à lui seul l’actualité, même quand celle-ci était d’un calme plat. Cela étant, était-ce la bonne méthode ? Sans doute pas, du moins quand on regarde les résultats de toutes les élections locales ou autres pendant les cinq ans de sa présidence.

Passons à autre chose maintenant, en notant que ce matin on entend un peu partout que Nathalie Kosciusko-Morizet  renonce à briguer la présidence de l’UMP. Est-ce un scoop ? Bien sûr que non, dans la mesure où l’on sait bien que cette guerre, que je souhaite la plus dure possible, va opposer F. Fillon à J.F. Copé, avec pour vainqueur F. Fillon. Cela étant, au moins NKM a réussi une nouvelle fois à faire parler d’elle, et à préserver son avenir personnel. Et oui la politique, c’est aussi cela ! En tout cas qu’on ne vienne pas me dire que c’est la démocratie qui triomphe à l’UMP avec cette élection à la présidence de leur mouvement, pas plus d’ailleurs qu’au Parti socialiste, qui n’a même pas réussi à faire semblant de susciter le débat pour la désignation du remplaçant de Martine Aubry au poste de Premier secrétaire. Quand les partis politiques auront-ils compris qu’ils ne pourront redorer leur blason auprès du public, qu’en respectant les règles qu’ils appliquent à leurs concitoyens? Un exemple, un seul, suffit à démontrer à quel point le personnel politique de notre pays est éloigné des réalités : celui concernant la suppression de l’abattement de 10% sur les pensions, afin de calculer les impôts sur la totalité des revenus.

Pourquoi pas en effet, dans la mesure où effectivement les retraités n’ont plus de frais professionnels ? Problème, pourquoi la Cour des Comptes, et dans la foulée le gouvernement,  veulent-ils supprimer  cette niche fiscale…sans toucher aux diverses rémunérations octroyées aux parlementaires, y compris leurs avantages en termes de retraite, sans parler du contrôle de leurs frais professionnels ?  Si F. Hollande veut réellement être crédible, il faut absolument qu’il s’efforce de faire en sorte que les personnalités politiques soient traitées comme le commun des citoyens. C’est bien de diminuer le salaire des ministres et celui du président de 30%, mais ce serait mieux que les parlementaires et autres élus s’appliquent le même traitement, car les sommes en jeu sont infiniment plus considérables. Pourquoi confier des missions à des tas de gens ou d’entreprises qui n’ont pas besoin de cela pour assurer leurs fins de mois, ce qui coûte des milliards à l'Etat ou aux collectivités? Là aussi il y aurait des sommes énormes à récupérer, encore plus énormes que celles que l’on va ponctionner aux multi millionnaires ou aux milliardaires…qu’il est normal de mettre beaucoup plus à contribution qu’ils ne  l’ont  été ces dernières années. Mais, et je le répète, ce n’est pas la seule injustice, et c’est pour cela que le gouvernement va devoir faire attention à ne pas « taper » trop bas sur les classes moyennes.  N’oublions pas que ce sont ces classes moyennes, auxquelles appartiennent nombre de retraités, qui maintiennent la consommation dont chacun sait qu’elle est tellement importante pour la croissance.

Un dernier mot enfin, pour noter une information qui me procure un plaisir évident, à savoir la nouvelle bourde de Mitt Romney, le candidat républicain aux élections à la présidence américaine, qui a tenu des propos indignes sur les 47% d’Américains qui voteront à coup sûr pour Barack Obama, disant que c’étaient « des assistés ». Bonne nouvelle, parce que M. Romney considère que 47% des voix sont déjà acquises à B. Obama, ce qui est tout près de 50%, et ensuite  parce qu’en tenant de pareils propos, il est quasi impossible que ces gens puissent changer d’avis. On peut donc supposer que B. Obama n’aura aucun mal à récupérer les 5% de voix qui assureraient à coup sûr sa réélection. Décidément, dans n’importe quel pays, la droite est tellement arrogante qu’elle finit par perdre des élections imperdables...et c'est tant mieux !

Michel Escatafal

Les commentaires sont fermés.